Actualités

T + T -

ITW – PABLO MOREL (BREST) : « La saison a été intense, pleine de rebondissements et très enrichissante. »

18/06/2022

Dans le cadre de l'élection du meilleur entraîneur de la saison, nous allons donné la parole aux quatre techniciens nommés. Après Emmanuel Mayonnade (Metz), Yacine Messaoudi (Paris 92) et Sébastien Mizoule (Besançon), place aux réactions de Pablo Morel, vice-champion de France et 1/4 de finaliste de la Ligue des Champions avec le Brest Bretagne Handball.

Pablo MOREL head coach of Brest gives instructions to his players during the Final Ligue Butaguaz Energie match between Metz and Brest on May 29, 2022 in Metz, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)

 

Dans le cadre de l'élection du meilleur entraîneur de la saison, nous allons donné la parole aux quatre techniciens nommés. Après Emmanuel Mayonnade (Metz), Yacine Messaoudi (Paris 92) et Sébastien Mizoule (Besançon), place aux réactions de Pablo Morel, vice-champion de France et 1/4 de finaliste de la Ligue des Champions avec le Brest Bretagne Handball. 

 

Quel bilan tirez-vous de cette saison 2021-22 ?

Nous avons vécu une saison intense, qui s'est enchainée après un exercice perturbé par le COVID et une période estivale animée par les Jeux Olympiques. Le BBH restait sur une saison extraordinaire, le club a connu beaucoup de changements avec la mise en place d'un nouveau staff, des mouvements au sein de l'effectif. Ce qui a été très interessant et agréable c'est d'avoir le sentiment de nous découvrir, de créer un nouveau mode de fonctionnement et une nouvelle "identité". Nous avons écrit une nouvelle page du BBH avec les nouvelles personnes en place, et j'ai le sentiment que nous avons eu une belle progression au fil de la saison, en devenant une vraie équipe. Nous avons essayé d'être de plus en plus ambitieux en étant jusqu'au dernier moment en capacité de rivaliser pour le titre de champion de France et de réaliser de grandes performances. La saison a été intense, pleine de rebondissements et très enrichissante. J'ai le sentiment que nous avons construit quelque chose ensemble, et nous avons posé des fondations pour la suite. 

 

Si vous deviez faire ressortir les temps forts de cet exercice pour votre équipe...

Nous avons vécu une période compliquée au retour des internationales après les jeux-olympiques et sur notre début de saison. Nous avons dû trouver une direction commune et malheureusement cela a pris un peu de temps. Nous perdons notre premier match à Bourg de Péage en championnat, puis notre deuxième à Rostov en Ligue des Champions. Ça été une période marquante, et avec du recul je pense que ça a été extrêmement fondateur pour nous. Nous avons vite été mis à rude épreuve, et nous avons dû nous remettre en question, redoubler d'efforts pour avancer. La défaite à domicile contre Besançon a aussi été un moment très difficile à vivre. Un électrochoc qui nous a permis de grandir. 

La trêve hivernale est un autre moment très important pour nous. Avec le staff nous avons pris du recul pendant cette période pour réaliser un vrai bilan de ce que nous avions produit sur la première partie de la saison. Et nous avons pris du temps pour échanger avec les joueuses, en essayant d'être le plus objectif possible. L'idée était de définir nos ambitions pour la suite de la saison : être dans un top 8 européen et lutter pour le titre de champion de France. Des objectifs toujours atteignables après notre début de saison. Derrière, nous avons trouvé une réelle cohésion dans le groupe, qui a avancé soudé pour atteindre ses objectifs. Nous avons connu une période de janvier à mars extrêmement positive avec 13 matchs sans défaite. Nous avons réalisé de grosses performances en Ligue des Champions, contre Odense, Bucarest, Esbjerg, Györ... et ça a été très important de vivre cela. Et puis dernière chose qui a été très difficile mais très révélatrice, c'est la finale contre Metz. Il y a eu une grosse déception après notre défaite aux Arènes, mais malgré tout nous étions très diminués et nous avons joué en équipe en allant au bout du projet de jeu. Nous avons assumé nos ambitions, sans nous chercher d'excuses, en oeuvrant avec nos valeurs de combativité et de solidarité. La défaite en finale est dure, mais vraisemblablement la meilleur équipe à gagner. 

 

Si vous deviez vous définir en tant qu'entraîneur...  

J'essaie de me mettre à la place des personnes qui travaillent avec moi, et j'espère qu'elles me voient comme quelqu'un de passionné. C'est ce qui m'anime. J'aime entraîner, j'aime jouer aussi. Nous sommes des privilégiés, des chanceux, et ce que nous faisons tous les jours c'est juste du bonheur. Je suis aussi un entraîneur qui aime partager, et qui envisage son métier en se positionnement au milieu du système, et pas forcément au coeur ou au-dessus. Je suis un maillon du système, évidemment avec rôle particulier puisque l'entraîneur a de grosses responsabilités. Mais j'essaie vraiment de mettre en valeur les compétences de mon staff, de mes joueuses. J'aime donner des responsabilités et de l'espace, pour que les acteurs puissent s'approprier le projet, et assumer leurs responsabilités. Tout le monde à un rôle à jouer, et cette gestion est un domaine qui m'anime beaucoup au quotidien. Et puis ce n'est pas une surprise, mais je sais que je ne suis pas l'entraîneur le plus communicatif et le plus démonstratif. Je ne véhicule pas une énergie folle sur le banc, mais c'est aussi mon caractère. 

 

Qu'est ce que ça représente d'entraîner un club comme Brest au plus haut niveau ? 

J'ai conscience que c'est une véritable chance d'être l'entraîneur d'un club comme Brest. J'ai la chance de pouvoir faire ce que j'aime, et évoluer dans un environnement qui est ambitieux, qui se donne les moyens d'atteindre ses ambitions. Il y a une vraie volonté au BBH de continuer d'écrire son histoire, en allant le plus haut possible. J'ai la chance d'évoluer avec des personnes avec qui je me retrouve humainement, que ce soit les dirigeants ou les membres du staff. Nous avons un groupe avec des joueuses de très très haut niveau, qui ont gagné de nombreux titres, et c'est une vraie chance de pouvoir réaliser mon travail dans de telles conditions. On me donne les moyens de continuer à progresser, et d'aller chercher des titres. Lorsque tu mets tous ces éléments sur la table, c'est extrêmement motivant ! Et puis pour couronner le tout, il y a un engouement incroyable autour de ce club, avec une Arena magnifique, des supporters qui sont géniaux. 

Élection du meilleur entraîneur de la saison : 

La Ligue Féminine de Handball – en lien avec 7Master – a mis en place le Trophée du Meilleur Entraineur de la saison 2021-22 de Ligue Butagaz Énergie. L’élection se déroulera en deux phases. Dans un premier temps, un comité de sélection composé d’un représentant de la LFH, de la DTN, des médias, de l’UCPHF, de l’AJPH ainsi que 3 membres de 7Master a choisi 4 entraineurs parmi les 14 entraineurs principaux en poste cette saison. Dans un deuxième temps, les 4 entraineurs récoltant le plus de voix seront nommés pour le Trophée. Les votes seront répartis entre un vote interne au sein des clubs (les 14 présidents, 14 entraineurs et 14 capitaines de Ligue Butagaz Energie de cette saison) et au grand public qui compteront pour 50% chacun pour le résultat final. Le grand public pourra voter  le site de la LFH pour élire l’entraineur de l’année parmi les 4 nommés. Le cumul des votes internes et des votes du grand public déterminera qui sera élu Meilleur Entraineur de la saison 2021-22. 

 

Pour ce Trophée du meilleur entraineur de la saison, les votes seront ouverts, le mardi 14 juin à midi jusqu’au dimanche 19 juin à midi sur le site internet de la LFH : trophee-du-meilleur-entraineur ; les quatre nommés sont Sébastien MIZOULE (ES Besançon Féminin), Pablo MOREL (Brest Bretagne Handball), Emmanuel MAYONNADE (Metz Handball) et Yacine MESSAOUDI (Paris 92). Le résultat sera communiqué le mardi 21 juin et la remise du trophée sera réalisée lors de la première rencontre à domicile du club dont l’entraineur est en charge de l’équipe.

Les nommés : 

E1_1620x1080  

Sébastien MIZOULE – ES Besançon Féminin

4ème de Ligue Butagaz Energie 

17 victoires – 1 match nul – 8 défaites

Finaliste de Coupe de France 

Quart de finale en EHF European League

 

E2_1620x1080

Emmanuel MAYONNADE – Metz Handball

1er de Ligue Butagaz Energie 

26 victoires 

Vainqueur Coupe de France 

3ème place en EHF Champions League 

 

E3_1620x1080

Yacine MESSAOUDI – Paris 92

3ème de Ligue Butagaz Energie 

18 victoires – 1 match nul – 7 défaites

 

E4_1620x1080

Pablo MOREL – Brest Bretagne Handball 

2ème de Ligue Butagaz Energie 

21 victoires – 5 défaites

Quart de finale EHF Champions League 

 

Palmarès Trophée des Entraineurs de l’Année : 

  • 2020-21 : Laurent BEZEAU (Brest Bretagne Handball)
  • 2019-20 : Laurent BEZEAU (Brest Bretagne Handball)
  • 2018-19 : Emmanuel MAYONNADE (Metz Handball)
  • 2017-18 : Emmanuel MAYONNADE (Metz Handball) & Laurent BEZEAU (Brest Bretagne Handball)
  • 2016-17 : Emmanuel MAYONNADE (Metz Handball)
  • 2015-16 : Emmanuel MAYONNADE (Metz Handball)
  • 2014-15 : Pablo MOREL (Issy Paris Hand)
  • 2013-14 : Arnaud GANDAIS (Issy Paris Hand)
  • 2012-13 : Sandor RAC (Metz Handball)
  • 2011-12 : Laurent BEZEAU (Arvor 29)
  • 2010-11 : Laurent BEZEAU (Arvor 29)
  • 2009-10 : Emmanuel MAYONNADE (Mios-Biganos)
  • 2008-09 : Sandor RAC (Metz Handball)
Clubs
Entente Sportive Bisontine FéminineBourg de Péage Drôme HandballBrest Bretagne HandballHandball Club Celles-sur-BelleChambray Touraine HandballJDA Bourgogne Dijon HandFleury Loiret HandballMetz HandballMérignac HandballLes Neptunes de NantesOGC Nice Côte d’Azur HandballParis 92Handball Plan de CuquesToulon Métropole Var Handball