Brèves

Actualités

T + T -

“La France, peut-être le meilleur championnat d’Europe“

01/02/2014

Vice-championne du monde en titre, Katarina Tomasevic a marqué le Mondial en étant l’une des meilleures gardiennes de la compétition. Et pourtant, elle n'a jamais voulu être gardienne... Ce soir avec Nantes, elle affronte Toulon St-Cyr devant les caméras de Sport+. L’occasion de mieux la connaître. Interview.

Tomasevic_katarina_04_Pillaud

Katarina Tomasevic est arrivée à Nantes cet été en provenance du Champion d'Allemagne Thüringer. 

Katarina, comment allez-vous ?

Ça va bien, merci. J’ai été un peu fiévreuse ces derniers temps mais je vais vaincre cette fièvre.

Bravo pour votre Mondial. La médaille d’argent est-elle une “déception“, ou êtes-vous tout de même contente ?

Merci. On a fait une super compétition et on a été récompensées avec la médaille d’argent.  On a montré que l’on avait une belle équipe, tout le monde a mérité cette médaille. On avait très envie de nous prouver à nous-mêmes et aux autres que l’on pouvait faire de belles performances.

Bien sûr, on était déçues de ne pas avoir la médaille d’or mais il faut reconnaître que le Brésil était meilleur que nous.

A titre personnel, vous réalisez 99 arrêts (42 % réussite), est-ce un bon Mondial pour vous ?

Je suis très satisfaite de la compétition que j’ai faite sur le plan personnel. Et je suis fière d’avoir pu enchaîner les bonnes performances après ce que j’ai fait l’an dernier aux Championnats d’Europe. J’ai franchi un nouveau palier.

Jouer devant plus de 20 000 personnes, un record, c’est impressionnant ? Votre famille était-elle dans le public ?

On a vécu de grandes émotions. Peu de handballeurs vivront ce genre d’émotions, on a de la chance. Quelque soit l’endroit dans l’Arena, tu vois des supporters. L’ambiance, le bruit qu’il y avait dans la salle, notamment dans les dernières minutes… C’était de la folie.

Oui ma famille était là, au premier rang et mon fils de 2,5 ans était l’un de mes plus grands fans (sourires)

Tomasevic_katarina_02_Pillaud 

En finale du Mondial 2013 face au Brésil. 

Cette ambiance est-elle de nature à vous transcender ?

Bien sûr. Cela nous a donné des ailes et en même temps ça vous donne de grosses responsabilités. Ça nous pousse à donner le maximum sur le terrain. Tu ne peux pas faire le minimum dans une telle ambiance.

Aimez-vous la vie à Nantes ?

Oui, Nantes est une jolie ville. La famille, les amis manquent au début mais quand tu découvres la ville, c’est super. C’est un peu le même sentiment que tu ressens au début dans une nouvelle ville.

Pourquoi avez-vous choisi de signer au Nantes LA, étiez-vous contacté par d’autres clubs ?

J’avais d’autres propositions mais le NLA a été le plus rapide. Pour moi, NLA était une jeune équipe en première division, avec beaucoup d’ambition pour montrer qu’elle a sa place au plus haut niveau.

Après l’Autriche (Hypo Nö), le Danemark (Team Esbjerg), l’Espagne (Bera Bera), la Serbie (Zajecar), l’Allemagne (Thüringer), la France est le 6è championnat que vous découvrez ? Où se situe la LFH par rapport aux autres ?

Oui, j’ai fait quasiment la moitié de l’Europe (sourires). Je pense que le championnat français est l’un des meilleurs en Europe. Les temps changent, avant c’était peut-être le Danemark mais aujourd’hui c’est peut-être bien la France.

Quel est, jusqu'ici le pays que vous avez préféré, pourquoi ?

Je mets à part la Serbie car c’est mon pays. Pour les autres, difficile à dire… Chaque pays, chaque ville a ses charmes. Mais je dirais l’Espagne et la ville de San Sebastien. J’y ai vécu, c’est une ville magnifique, avec beaucoup de choses à découvrir sur le plan culturel, architectural et une mer et des plages magnifiques.

Qu’aimez-vous faire en dehors du handball ?

J’aime lire mais la majorité de mon temps libre je le passe avec mon enfant.

DSC1694-e1385630082374

Nantes LA, 2013-2014.

Avez-vous un surnom ?

Oui c’est “Munja“ qui veut dire “l’éclair“, “coup de tonnerre“ en anglais (sourires). C’est parce que j’ai toujours été rapide, comme un éclair ou le tonnerre. (sourires)

Que savez-vous dire en français ?

Bonjour. Comment ca va ? (sourires) Voilà ce que je peux dire en français. Je prends des cours dans une école de langues. Mais je comprends déjà ce que l’on dit lors des entraînements.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir gardienne de but ? Avez-vous joué à d’autres postes en handball ? Avez-vous pratiqué d’autres sports ?

Je n’ai jamais voulu être gardienne ! Je voulais juste jouer (sourires). Mais mon ancien entraîneur a décelé des qualités pour le poste de gardien chez moi, et voilà où je me retrouve maintenant et ce que je suis devenue… (sourires).

Sinon, j’ai pratiqué le karaté avant le handball.

Samedi le match Nantes-Toulon est télévisé sur Sport+, est-ce que cela est une bonne nouvelle à vos yeux ?

Après la finale des Championnats du monde, c’est une nouvelle opportunité pour moi de montrer à des centaines de milliers de téléspectateurs ce que je suis capable de faire, ainsi que mon équipe. J’espère que l’on va donner une belle image du club, de Nantes, et que ce sera un beau match.

Clubs
BesançonBrest Bretagne HandballCelles-sur-BelleChambrayCercle Dijon BourgogneFleury Loiret HandballIssy Paris HandMetz HandballNantes Loire Atlantique HandballOGC Nice Côte d’Azur HandballToulon Saint-Cyr Var Handball
  • Partenaires

     

    select carre noirsurblanc La Poste

     

    BEINSPORTS_BOLDED_White

     femmes de defis   FFHB_LOGO_H_FD_FC_Q