CRÉATION


 

Dans le but de développer et de professionnaliser le handball féminin, la création d’une ligue autonome constituait une étape évidente et indispensable. La Ligue féminine de handball trouve sa genèse dans la création de l’Union des présidents de clubs de D1F en 2005 et voit officiellement le jour en 2008, dans la continuité de l’élan donné par l’organisation du championnat du monde féminin en France en décembre 2007.

 

Afin d’accompagner la structuration des clubs, le championnat LFH s’est joué à dix clubs sur l’ensemble de l’Olympiade 2012-2016. La saison 2017-2018 marque le passage à une compétition opposant douze clubs. C’était l’objectif fixé en 2012 en vue, initialement, de la saison 2016-2017. Cependant, les liquidations judiciaires successives de l’UMBB et du HBC Nîmes durant la saison précédente n’ont permis qu’à  onze clubs de disputer le championnat en 2016-2017.         

 

Les douze clubs comprennent deux clubs qui accèdent de D2F grâce à leurs résultats et leur statut de club en « voie d’accession au professionnalisme » (dit VAP), un dispositif d’accompagnement de la fédération et de la LFH pour les clubs disposant d’un projet vers le plus haut niveau professionnel.

OBJECTIFS

  • Organiser et assurer le bon déroulement de ses compétitions et évènements (saison régulière, playoffs et playdowns, conférence de rentrée)
  • Commercialiser et promouvoir ses différentes compétitions et évènements
  • Assurer la promotion, le développement et veiller à préserver l’intégrité du handball féminin professionnel et du championnat féminin.
AXES DE DÉVELOPPEMENT 2017-2018
  • Définir la méthodologie et les points d’étape en vue de l’autonomie en 2020
  • Poursuivre l’accompagnement des clubs dans leurs démarches de structuration
  • Apporter un soutien aux salariés des clubs dans leurs missions tout au long de la saison
  • Soutenir les projets des clubs en poursuivant la prise en charge de certaines dépenses
  • Approfondir le cadre coopératif institution/clubs
  • Poursuivre l’amélioration de l’encadrement technique et médical des joueuses
  • Maintenir l’accompagnement et le cadre de sécurité juridique pour joueuses et entraineurs
  • Renforcer l’adéquation entre la filière de formation française et les clubs professionnels féminins
  • Poursuivre la transition de la D2F vers la LFH
  • Accompagner les discussions pour la mise en œuvre d’un accord sectoriel en première division féminine
  • Contribuer à la promotion de l’Euro 2018